19 mars 2009

De COS à effet

Voilà tout juste une semaine que le nouveau concept store
« Collection of Style » du groupe H&M a ouvert à la place de l’ancien hammam de la rue des Rosiers.
L’espace de vente, agencé par l'architecte William Russel, allie lumière et fonctionnalité pour un parti pris définitivement
« desiiign » (à prononcer selon la technique du « pincé appuyé » comme tout responsable de créa’ qui se respecte…)
Murs blancs immaculés, fauteuils nordiques épurés, poufs zens motif « pierre » et livres à feuilleter (Tokyo style by Taschen et consorts) cultivent une convivialité très « Muji » sans la sincérité d’un véritable concept pour autant. Peut-être trop brossé, trop prévisible.
Un merchandising efficace par gamme de couleurs : le corail parle au corail, le parme répond au rose poudré, le gris grisonne. Les vestiaires homme et femme se distinguent plus difficilement à l’étage, seul un orange décliné en robe tente en vain de passer inaperçu.
Les coupes et finitions apparaissent plus travaillées, les matières plus soignées (coton brossé, cachemires et cuirs). La collection est résolument plus haute de gamme que sa grande sœur proposant un vestiaire féminin et masculin intemporel oscillant entre classiques, basiques (si tenté qu’il existe une nuance) et pièces plus stylées (zips et oversizes de mises) mais manque incontestablement de force de proposition.
Un bureau de style interne * et des fournisseurs indépendants dont 80 % en Europe semblent légitimer cette orientation plus « couture » (et logiquement le qualificatif «accessible » trouverait tout son sens en se référant aux 20% de fournisseurs asiatiques…)
La gamme de prix, certes plus élevée qu’H&M himself, demeure raisonnable. Les prix moyens des robes oscillent entre 59 et 79 euros, la chemise pour homme déclinée vichy, carreaux ou unie demeure à 49 euros, le cardigan parme à 69 euros. De son côté, le blouson en cuir noir tient tête avec sa petite étiquette annotée 280 euros.
Un « néo pantalon »* en daim gris perle me fait de l’œil et mériterait les honneurs d’un essayage. But today, 6 pm, it’s crowded…Next time.
Bref, un lieu à découvrir ne serait-ce que pour la disponibilité du staff. Comme tout bon lancement, l’happy face est de rigueur (mais jusque quand…)
Une vendeuse voulait absolument me renseigner sur les tailles d’une robe effleurée de la main. J’ai eu envie de lui dire « COS toujours, tu m’intéresses ! » tentant subtilement une libération d’un pas frénétique vers ce petit bijoux de chaîne qui ne cesse désormais de tourner autour de mon cou, à la recherche des mots pour conclure qu'il faut y faire un tour, ne serait-ce que pour la bonne COS… SB
*(dont Rebekka bay est la responsable de création Femme)
*(Néo pantalon : mixe de jodhpur et de sarouel)

Pictures by myself and on www.cosstores.com